La démotivation numérique : Près d’un dirigeant d’entreprise français sur deux (44%) craint désormais la concurrence, car les formations en matière de données sont au point mort

 

 

 

Alors que les initiatives de transformation numérique s’accélèrent à une vitesse vertigineuse, une étude d’Alteryx montre qu’un tiers des cadres supérieurs sont confrontés à un défi croissant pour fournir le travail de base sur les données en améliorant les compétences.

 

Plus de la moitié (61%) de ces chefs d’entreprise reconnaissent qu’il leur incombe de mener des initiatives de perfectionnement, mais l’étude montre que les défis quotidiens continuent de prendre le pas sur la formation aux données, qui est pourtant d’une importance capitale. 43% des travailleurs du secteur de la donnée ne sont pas en mesure de se perfectionner du tout parce qu’ils sont “pris par les tâches quotidiennes”, et un sur cinq (18%) ne sait pas par où commencer.

Dirigeants et travailleurs de la donnée : des priorités en désaccord

Bien que le volume et la complexité des données augmentent à un rythme exponentiel d’année en année, la moitié des chefs d’entreprise, des vice-présidents et des chefs de services – ceux qui sont désormais responsables de la mise en œuvre des stratégies de perfectionnement – ne voient que peu de différence entre les compétences nécessaires aujourd’hui et celles nécessaires dans cinq ans.

Par ailleurs, 39% des travailleurs de la donnée admettent qu’ils ne voient pas de corrélation entre le perfectionnement et les augmentations de salaire résultant de l’amélioration des compétences en matière de données. En partant de ce postulat, seuls 27% des travailleurs du secteur de la donnée sont “motivés” pour apprendre pendant leur temps libre. Le développement des compétences humaines indispensables aux projets de transformation numérique est essentiel à la réussite, mais la responsabilité de cette démarche incombe aux dirigeants de l’entreprise.

« Les domaines de l’analyse des données et de la transformation numérique continuent de mettre les entreprises au défi de briser le moule et de proposer de nouvelles façons, en constante évolution, de monter en compétence et d’obtenir un retour sur investissement » commente Alan Jacobson, Chief Data and Analytics Officer chez Alteryx. « Une caractéristique essentielle de la transformation numérique qui est souvent sous-estimée est le facteur humain, et le développement des compétences fondamentales nécessaires pour faire de tels projets un succès. »

Trois principaux obstacles freinent l’apprentissage de la maîtrise des données

  1. Alors que les employés veulent avoir les moyens d’effectuer un travail de haut niveau, il existe un décalage entre la priorité accordée à la montée en compétence numérique et la réalité de l’entreprise – où les dirigeants ont besoin d’une expertise numérique, mais n’offrent pas le soutien crucial pour la développer.
  2. Un changement dans la responsabilité organisationnelle de la formation. Les travailleurs renforcent instinctivement l’idée que les personnes les plus proches d’un problème sont les mieux placées pour le résoudre. 62% d’entre eux estiment que l’amélioration des compétences devrait incomber aux chefs d’entreprise, alors que 12% seulement pensent que cette responsabilité devrait incomber aux RH.
  3. L’étude met en lumière un défi à plus long terme. La demande de compétences numériques monte en flèche, mais plus de la moitié des dirigeants responsables de la mise en œuvre de ces programmes ne voient aucun besoin de nouvelles compétences en matière de données dans les cinq prochaines années.

Comment inciter la montée en compétences 

  1. Formaliser une stratégie claire et transparente en matière de données, ainsi que des programmes d’amélioration des compétences de base en matière de données requises tout au long du parcours analytique : 24% des travailleurs des données déclarent n’avoir reçu aucune formation en matière de données. 50% ont déclaré ne pas avoir accès à des spécialistes ou à des mentors, et 47% manquent de soutien de la part de la direction.
  2. Les dirigeants se concentrant sur la transformation numérique doivent adopter des stratégies à la fois culturelles, technologiques et de perfectionnement qui contribuent à créer une compétence analytique et alimenter l’innovation numérique : La promotion d’une main-d’œuvre compétente en matière de données est essentielle à la transformation numérique. Bien que les entreprises considèrent avoir pris du retard par rapport à leurs pairs, il y a une incohérence entre la valeur de l’upskilling, la responsabilité de savoir précisément qui va l’offrir, et la valeur monétaire perçue de l’upskilling à la fois pour les chefs d’entreprise et les employés.
  3. Pour combler le fossé des talents, les dirigeants doivent cultiver une culture de l’analyse des données de haut en bas. Près de la moitié (44%) des équipes dirigeantes françaises savent que ce problème de compétences nuira à leur entreprise. L’intégration de programmes d’incitation à l’amélioration des compétences et la récompense de la valeur que ces compétences apportent seront essentielles pour permettre aux employés de s’engager dans cette voie.

« Ce déficit de compétences peut sérieusement entraver la compétitivité de la France à l’échelle mondiale. » ajoute Raphaël Savy, Vice-Président Sales, France et Europe du Sud chez Alteryx. « Alors que notre environnement professionnel devient de plus en plus numérique, la maîtrise des données est la compétence qui sera la plus rentable à court et à long terme, car elle permettra aux entreprises d’abandonner les tâches manuelles fastidieuses au profit de l’automatisation. »

Méthodologie

Alteryx a commissionné société d’études de marché YouGov pour une étude auprès de plus de 3 000 travailleurs de la donnée dans des organisations de plus de 500 employés. L’enquête s’est déroulée de mai à juin 2021 et a recueilli les réponses de 1 038 travailleurs de données au Royaume-Uni, 1 011 en France et 1 007 en Allemagne. “Les travailleurs de la donnée” ont été définis comme des employés de toutes les unités commerciales qui travaillent avec des données au quotidien. 

Leave a Reply