Au-delà de la DataViz, la SELF BI
 nouveaux outils, nouvelle gouvernance

Les Métiers revendiquent l’autonomie et la réactivité de la Self BI.

Aujourd’hui, la réponse à une question du comité de direction qui commence par ‘Pourquoi ?’ est attendue dans la journée. Il y a encore peu, elle demandait des semaines, voire des mois. Dorénavant, toute analyse doit pouvoir se faire sur le champ, à la volée. Le temps réel est devenu la norme.
Seule la Self BI répond à ce besoin en permettant les Métiers de construire leurs analyses à la volée, d’accéder à des données de qualité et sécurisées, grâce à la digitalisation des supports et l’accès de la BI aux canaux de communication (pc, tablette, smartphone), les Métiers peuvent enfin pleinement jouer leur rôle dans le décisionnel des entreprises.
Quel est le chemin à parcourir de la BI actuelle à la Self BI ?

La BI actuelle n’est pas capable d’une telle réactivité.

Avec la BI actuelle, la préparation des données est complexe et technique et entièrement sous le contrôle du IT. Les Métiers ne peuvent pas chercher par eux-mêmes les bonnes données pour des raisons évidentes de sécurité et d’intégrité du système. Ils n’ont d’autre choix que d’expliquer leurs besoins à l’IT, c’est-à-dire de traduire leurs besoins dans un langage formalisé et compréhensible pour l’IT. Ils doivent en plus s’adapter aux contraintes du système.
Ce mode opératoire génère un nombre important d’itérations pour préparer un premier jeu de données et souvent le refaire encore et encore parce que le IT a mal compris la demande ou que la demande était incomplète ou encore parce que le Métier a de nouvelles inspirations, que la stratégie a changé entre temps ou que le besoin tombe à cheval sur deux cubes.
Les itérations entre le IT et les Métiers régulièrement tuent la spontanéité de l’action, usent les acteurs et confortent les Métiers dans l’utilisation d’Excel pour régler eux-mêmes le problème. Avec la BI actuelle, beaucoup d’acteurs sont frustrés. Le IT sait que x% de son temps aura été perdu en préparation de données inutiles. Le Métier sait qu’en faisant une demande de données il s’embarque dans une galère.
La Self BI révolutionne ce mode opératoire en déportant au niveau des Métiers la capacité de construire leurs propres analyses et en recentrant le service IT sur son rôle de fournisseurs de données propres et sécurisées.

La DataViz n’offre qu’une autonomie partielle aux Métiers, ce qui va finir par frustrer.

Les outils de DataViz permettent aux Métiers de visualiser les données et de construire eux-mêmes leurs propres restitutions. Mais ils ne leur permettent pas d’accéder aux DataMarts pour préparer leurs données.
Avec la DataViz, les Métiers sont autonomes pour traiter les données à disposition mais ne le sont pas pour les préparer ou les modifier.
Les outils DataViz n’intègrent pas de fonctions permettant de modifier, transformer la structure des données.
Aussi lorsque les données ne correspondent pas à l’analyse qu’ils veulent faire, la DataViz n’évite pas les itérations avec le IT. ni les délais pour obtenir de nouvelles données.
Le risque est que les Métiers finissent frustrés de devoir attendre de nouvelles données des semaines alors qu’ils mettent quelques heures pour les visualiser et les traiter.

Le tandem ’entrepôt de données complet’ et ‘DataViz’ est une fausse solution pour faire de la Self BI.

Pour compenser l’impossibilité des outils DataViz d’aller chercher des données, de les manipuler et transformer, la tendance actuelle est de préparer un entrepôt de données complet qui couvre tous les besoins en données et toutes les options d’exploration des Métiers.
Dans la réalité, les besoins de données des Métiers évolue chaque jour. Ainsi 20% des nouvelles demandes ne sont pas couvertes par les gisements de données existants et nécessitent un nouveau travail de compréhension du besoin (itérations) et de préparation des données.
L’entrepôt de données complet pour faire de la Self BI est un mythe et une solution anti-productive. Il ne résout pas les 20% des nouvelles demandes non couvertes et pire continue d’entretenir le 6ème continent des données déchets que chaque entreprise continue de stocker.

La brique manquante pour faire de la ‘vraie’ Self BI est l’accès sécurisé aux données par les utilisateurs

Tant que les Métiers n’accéderont pas de manière sécurisée aux structures des données, ils ne seront pas autonomes et ne pourront ni créer ou modifier les rapprochements de fichiers sans toucher à l’intégrité des données élémentaires, ni créer leurs propres indicateurs et visualiser les résultats avec les outils DataViz.
L’autre challenge à relever par la Self BI est de faire face à l’explosion du volume et de l’hétérogénéité des données (informations structurées / non structurées) et à leur localisation (dans des documents Word non structurés, sur les réseaux sociaux, dans des flux Big Data de données externes, …).

Suadeo est une vraie solution de Self BI

Suadeo est une plateforme ‘Tout-en-Un’ intégrant tous les outils de la BI : Dashbaord, Report, Multidim, Query, Données d’Usage, ETL. Suadeo déporte les gisements de données au niveau des utilisateurs Métiers. Grâce à sa nouvelle technologie ‘User Data’ (Donnée d’Usage), les Métiers accèdent de manière sécurisée aux structures des données.
Dès lors, autonomes, ils peuvent à la volée créer ou modifier les rapprochements de fichiers sans toucher à l’intégrité des données élémentaires, créer leurs propres indicateurs et visualiser les résultats avec les outils DataViz (Dashbaord, Report, Multidim).

La Self BI Suadeo fait évoluer la Culture et la gouvernance de l’entreprise

L’atout majeur de la Self BI Suadeo est de donner aux utilisateurs finaux la capacité d’explorer en temps réel, de manière sécurisée et dynamique (Dataviz) des volumes importants de données internes et externes (Big Data) tout en respectant le caractère sensible voire secret de la donnée.
La Self BI Suadeo fait évoluer et valorise les rôles. Le IT devient fournisseur de services à valeur ajoutée autour de la donnée. Il n’itère plus avec les Métiers. Il se recentre sur la mise à disposition et la qualité des données de base de l’entreprise, les documente, les sécurise et les rend accessibles dans une infrastructure technique performante et toujours à l’état de l’art.
Au niveau du fonctionnement de la BI, le IT devient un chef d’orchestre. Il définit les rôles que chaque Métier peut jouer en fonction de son profil et de son niveau. Il ‘orchestre’ et administre le «qui peut faire quoi» en termes de consultation, d’édition, de calcul, d’impression. Il anime et fait évoluer l’appropriation et l’utilisation des outils BI par les Métiers et aligne le curseur des rôles en fonction de l’évolution du niveau des Métiers.
La Self BI Suadeo met à disposition du IT une console d’administration et de gouvernance du système BI, lui permettant de paramétrer le cadre technique et la sécurité, de définir et faire évoluer les rôles de chaque utilisateur, de tracer l’utilisation des données et des calculs et de donner très rapidement une explication à un résultat d’un taux contesté par un Métier.
Réciproquement les Métiers deviennent autonomes. Il s’en suit un nouveau profil de pilotage, beaucoup plus réactif et agile. Ils disposent d’outils leur permettant de travailler de manière collaborative, de fusionner dans un même rapport des données transmises par les Métiers eux-mêmes (le Marketing, la Finance, les Ventes, la RH,…) pour mieux comprendre la chaîne de valeur ajoutée de l’entreprise. Ainsi en permettant aux Métiers d’accéder à des données de qualité et sécurisées et grâce à la digitalisation des supports et l’accès de la BI aux canaux de communication (pc, tablette, smartphone), les Métiers vont enfin pleinement jouer leur rôle dans le décisionnel des entreprises.

Avec la Self BI Suadeo, le pilotage et la gouvernance de l’entreprise prennent un nouvel essor.
La Self BI Suadeo répond en plus aux objectifs de réduction des coûts de la BI en simplifiant les rôles, éliminant les itérations, diminuant les besoins en espaces de stockage de données, rendant le pilotage agile et administrant la gestion complète du système.

Leave a Reply