Interview d’Olivier Biton, DSI de LCL

Interview d’Olivier Biton
DSI
de LCL

 

Pouvez-vous brièvement nous présenter LCL ?  

LCL est une filiale du Crédit Agricole, l’une des grandes banques du retail en France qui est majoritairement implantée en zone urbaine. LCL c’est 18 000 collaborateurs, 6 millions de clients particuliers, 337 000 clients professionnels et 29 000 entreprises institutionnelles.

Quels ont été les enjeux stratégiques qui ont conduit LCL à choisir MongoDB ?

Pour ce qui est de ce projet, nous avons un gros enjeu d’agilité sur les fronts digitaux. Nous sommes une banque humaine et digitale, nous devions accélérer sur ce thème, avec ce premier enjeu qui est clef. Le second enjeu, c’est de libérer de l’investissement en réduisant nos coûts de fonctionnement et pour cela, nous avons besoin de réduire nos coûts sur le système legacy, que l’on appelle le mainframe. Enfin, nous ne voulons pas seulement faire des projets techniques, nous devons aussi amener de la valeur à nos clients.

Concernant l’agilité, avec Mongo DB, nous constituons une vision 360 de nos clients, consolidée issue de nos données partout dans le système d’information. Cela nous permet, quand nous faisons des développements digitaux, d’aller accéder directement à ces informations sans avoir de dépendance avec le SI historique qui est plus long à faire évoluer. C’est là que nous devons trouver l’agilité.

Le second objectif de réduction de l’empreinte mainframe, c’est assez simple. Aujourd’hui, tous ces canaux digitaux viennent s’appuyer sur un système legacy qui a été conçu historiquement pour gérer les conseillers des banques et petit à petit, ils sont venus se greffer à l’internet, au mobile etc. Nous sommes donc passés de 20 000 utilisateurs à 4 – 5 millions d’utilisateurs et cela ne fait qu’augmenter. Nous allons, avec cette approche, venir soulager le cœur de système de tout ce qui est consultation des informations clients et donc, réduire fortement nos coûts de fonctionnement sur le mainframe.

Si nous prenons le dernier objectif, l’apport de valeur, je vais donner un exemple parlant :  lorsque nous sommes sur des systèmes legacy, nous sommes limités en profondeur de données que nous pouvons donner à nos clients, par exemple, sur des opérations clients qui ne donnent aujourd’hui que trois mois d’historique. Avec ce projet, nous sommes en mesure de donner trois ans d’historique en ligne sans avoir à consulter les relevés ou les archives.

Quels ont été les avantages attendus ou constatés du projet ?

Pour revenir sur ce que j’ai dit, par exemple sur le time-to-market, notre objectif et c’est ce que nous constatons sur les premières étapes du projet, c’est un gain d’au moins 40% sur le time-to-market et nous espérons faire mieux.

Sur la réduction de l’empreinte mainframe typiquement sur tous les appels en temps réel, notre cible c’est de gagner au moins 50% et là aussi c’est assez facilement atteignable, nous le voyons dans nos premières étapes.
Avant même de faire le choix de Mongo DB, nous avions lancé ce que l’on appelle un proof of value avec MongoDB que nous avons déployé depuis en production dont le but était de voir si déjà cette idée d’architecture était atteignable. Nous avons confirmé cela très rapidement, ça a pris à peine un trimestre et nous avons beaucoup challengé la solution pour voir si elle répondait à toutes nos attentes que j’évoquais de scalabilité etc.

Nous avons mis en production le proof of values ce qui veut dire qu’aujourd’hui tous nos clients mobiles utilisent une solution dans laquelle nous faisons le chargement de toutes leurs opérations. Nous l’avons commencé sur un périmètre d’un million cinq, aujourd’hui il est étendu à tous nos clients mobiles donc quatre millions à peu près et ça se passe très bien. Après, nous allons livrer en début d’année donc d’ici février 2019, une refonte complète de l’application mobile qui s’appuie à 100% sur cette architecture.

Leave a Reply