“Chat with your data !” : quel impact du conversationnel sur l’accès au Big Data ?

Par Matthieu Chabeaud, CEO d’askR.ai

Le Big Data se caractérise par un célèbre trio : volume, variété et vélocité des données. Ces 3V ont marqué le début d’une nouvelle ère pour les entreprises et des challenges majeurs à relever. Le mouvement est lancé, la révolution des infrastructures est en cours. Mais comment tirer toute la valeur de cette masse énorme de données que la technologie met à disposition ? Car pour valoriser des données, il s’agit de passer de l’information à l’action. Et la prise de décision reste aux mains des utilisateurs.

Vélocité : des utilisateurs démunis face aux promesses data

L’importance de l’immédiateté de réception et d’émission des informations par chacun d’entre nous et pour toutes les activités professionnelles contraint les organisations à améliorer leurs vitesses de réaction. Mais cette vitesse de mise à disposition ne fait pas tout : comment délivrer la bonne information, au bon moment, à la bonne personne ?
Les utilisateurs sont donc face à un paradoxe frustrant. D’un côté, des monceaux de données sont collectés et stockés par les organisations, mais de l’autre, la redistribution de ces données au sein même de ces organisations est loin d’être ressentie comme adéquate.
Les utilisateurs constatent leur dépendance vis à vis des tableaux de bord et/ou des nombreux rapports qui mettent à leur disposition les données. Retravaillées, remises en forme, ces données possèdent une vraie valeur ajoutée, mais les utilisateurs sont plus ou moins bien impliqués dans la constitution de ces interfaces.
Il est parfois difficile d’obtenir un simple chiffre qui n’a pas été prévu dans le schéma initial de redistribution !
Les utilisateurs se retrouvent aussi confrontés à leur manque de connaissances techniques. Dans ce cas, on se retrouve avec des utilisateurs qui ont du mal à s’approprier la complexité des outils. Heureusement, les interfaces se font de plus en plus intuitives et “user-friendly”. Pourtant, malgré un progrès certain dans ce domaine, ces interfaces finissent toujours par se heurter au même problème : comment faciliter les étapes entre la question qui trotte dans la tête de l’utilisateur et sa réponse au au travers de l’interface des outils de reporting ? Bref, comment transcrire précisément la question que se pose l’utilisateur en un résultat adéquat ?

Le conversationnel : une nouvelle manière d’interagir avec les bases de données

Grâce à la révolution Big Data, l’IA a atteint un seuil sans précédent. La multitude de données mises à disposition a permis une amélioration de l’apprentissage des algorithmes, avec un seuil de fiabilité encore jamais atteint. Dans ce domaine, le NLP (ou Natural Language Processing) illustre parfaitement un nouveau seuil de maturité applicable au marché : Alexa, Siri, certains chatbots sont devenus capables de comprendre précisément le langage humain. On interagit de plus en plus avec les machines avec la voix, ou du moins, de manière conversationnelle.
C’est ainsi que se résout le paradoxe évoqué précédemment. Une interface conversationnelle, c’est littéralement la possibilité pour l’utilisateur de formuler exactement la question qu’il en tête, et d’obtenir sa réponse. Applicable aux données de l’entreprise, le NLP permet à un utilisateur, au travers d’une IA conversationnelle (et pas d’un chatbot basé sur un schéma prédéfini de questions réponses, toujours utile mais pas doté d’une réelle capacité d’apprentissage) d’interroger les données mises à disposition. askR.ai, par exemple, propose déjà la technologie la plus aboutie en français permettant à un utilisateur d’obtenir à la volée une réponse sous forme de chiffre, de tableau, ou de graphique.
Ce type d’’interface conversationnelle ne vient pas remplacer les tableaux de bord et un reporting régulier, essentiels au pilotage d’une activité. Elle vient seulement compléter ces outils, permettant aux utilisateurs de s’approprier l’utilisation des données. Le Big Data prend tout son sens quand une simple question suffit pour l’explorer !

Leave a Reply